Le café, une matière première en pleine transformation ?

Une Consommation qui a doublé en vingt ans.

La consommation mondiale de café est passée de 142,4 millions de sacs (de 60 kilos) à 155,6 millions de sacs entre 2013 et 2017, soit une évolution de 9,27 % en seulement 4 ans (source:USDA).

En 2017/2018, elles devrait même atteindre un nouveau record de 158,5 (+1,86 %) millions de sacs, ainsi que le niveau de stock mondial le plus faible depuis cinq ans avec seulement 29,3 miilions de sacs toujours d’après l’USDA

Mais comment évolue l’offre pour répondre à cette demande grandissante?

La production mondiale de café pour 2017/2018 devrait s’établir à 155,3 millions ce qui entraine un deficit de 3,2 millions de sacs de café. Malgré une augmentation de 0,92% de la production, le deficit entre la production et la consommation reste toujours présent.

Vient s’ajouter à ce déficit un problème majeur qui est le réchauffement climatique.

Le café craint les zones rudes et préfére les temprératures moyennes comprises entre 18 et 25°c. L’arabica est le plus menacé car celui-ci supporte très mal les moindres fluctuations de température, d’ensoleillement ou même d’humidité.

La colombie a déjà perdu 20000 hectares de plantation en 20 ans à cause de l’augmentation de ses températures.

Au Vietnam ce fléau entraine la proliferation d’insectes ou de maladies qui ravagent les plantations de robusta.

Si la temprérature augmente de 2 degrés Celsius, voir plus d’ici 2050 alors la production de graines sera réduite de 73 à 88% dans les zones les plus propices.Cela entrainerait un impact négatif sur la saveur de celui-ci ainsi que sur son prix.

Actuellement plusieurs methodes sont mises en place pour essayer de conserver le café comme nous le connaissons aujourd’hui.

Premièrement, il y a des Investissements dans la création de nouvelles variétés d’Arabica plus resistant tout en preservant le goût tant apprécié des consommateurs.

De nombreux acteurs mettent en place des programmes de développement durable ce qui va permettre de lutter directement avec la source du problème.

La dernière solution serait de déplacer la culture du café vers des zones où l’altitude est plus élevée, afin que la température reste adaptée.

Conclusion:

Malgré une menace sur la deuxieme matière première la plus échangée dans le monde celle-ci bénéficie encore de beaux jours devant elle grâce aux acteurs de ce marché qui essayent de trouver des dispositifs pour conserver le café comme nous le connaissons aujourd’hui.

Alors apprécions le voyage gustatif que nous procure le café.

Vincent LITZLER

Vincent LITZLER


Leave a Reply


About us

Bonds & Shares is a participatory non-Profit information platform for, through and by experts in finance and business.


CONTACT US

CALL US ANYTIME